Quand je serai grand, je serai prophète

Il faut bien avouer qu’à la base, je possède un grand nombre de défauts qui semblent incompatibles avec ma vocation. Vocation tardive, certes, née dans des circonstances particulières, j’en conviens, mais ne chipotons pas. Prophète est ma vocation.
Examinons donc ces défauts que d’aucuns pourraient qualifier de rédhibitoires pour l’exercice de la fonction à laquelle j’aspire.

Tout d’abord, je suis athée. Profondément athée. Sur l’échelle de 1 à 7 définissant le degré d’athéisme d’une personne en fonction de la probabilité qu’elle accorde à l’existence d’un dieu, 1 étant la certitude de l’existence d’un dieu et 7 la certitude de son inexistence, là où Richard Dawkins lui-même se situe à 61 – précisant, il est vrai, que son agnosticisme est le même concernant l’existence de fées au fond du jardin –, je me place à 7.
Je ne crois pas en l’inexistence de dieu, je sais que dieu n’existe pas. J’ai la foi.

Pire, je suis matérialiste. Je rejette l’existence de l’âme. Je considère la conscience comme un épiphénomène de la matière. Je suis persuadé que la pensée est induite par des phénomènes matériels. Je réfute l’idée que la vie aurait un sens intrinsèque.
Avouez que pour fonder un mouvement spirituel, ça fait un peu tâche.

Ce n’est pourtant pas tout. Je suis rationaliste, cartésien, fervent adepte du raisonnement scientifique. Une élégante démonstration mathématique m’apparaît d’un esthétisme inouï. J’admire l’intelligence et l’imagination. L’approche théorique pure comme l’approche expérimentale me fascinent : les deux font appel à la déduction.
Je n’ai à mon grand dam aucun cursus théologique, loin s’en faut : j’ai fait des études scientifiques – aïe ! –, de physique fondamentale – re-aïe !
Les religions et la science n’ont jamais fait bon ménage, malgré quelques tentatives récentes de concilier les deux. Qu’à cela ne tienne, je ne suis plus à ça près.

Continuons donc. Je suis féministe. Toutes les religions – et ce depuis le culte de la fertilité qui semble avoir été universellement pratiqué au paléolithique, cela ne nous rajeunit guère – ont débuté en marginalisant la moitié de la population. La religion met en place des schémas patriarcaux, assujettit les femmes, et demande à ces dernières l’acceptation de leur soumission. Inutile de préciser que nous ferons exception.

Abordons l’éthique. J’ai un sens de la morale très développé. Cela pourrait paraître une qualité de prime abord, la religion revendiquant la morale comme son domaine de prédilection, et constituerait donc un avantage certain pour un prophète. Certes. Considérons cependant qu’en tant que libre-penseur, si la plupart des grands principes moraux prônés quasi-universellement par les cultes de ce monde rejoignent les miens, d’autres peuvent parfois différer quelque peu. Oh ! pas de quoi fouetter un chat, mais tout de même. Non, là où cela devient véritablement problématique, c’est qu’avant de pouvoir prétendre au titre de prophète, je dois me contenter de celui de gourou. Et là, mon sens moral devient un handicap sérieux. Comment voulez-vous pouvoir arnaquer sereinement votre prochain si cela doit peser sur votre conscience ?
Espérons simplement que je n’aurai pas à rester gourou trop longtemps…

Que de défauts ! Mécréant, matérialiste, rationnel, scientifique, féministe, j’en oublie certainement, et pourtant… sans doute suis-je en raison même de ces défauts bien plus dangereux que les autres imposteurs prophètes m’ayant précédé.
Fonder une religion avec de tels handicaps ressemble fort à une gageure. Si j’y parviens – et j’y parviendrai – songez quelle force de persuasion possédera cette religion fondée par un sceptique revendiqué comme tel. Un croyant religieux, rien de plus banal. Un athée professant une foi nouvelle, en revanche !
Une doctrine bâtie par logique et déduction résistera assurément plus facilement à l’analyse critique qu’une doctrine révélée à un gardien de chèvres victime d’une insolation sur un caillou quelconque.
Une spiritualité issue du matérialisme le plus intransigeant supplantera toutes les autres.
Un enseignement éthique apporté avec une évidente sincérité et un enthousiasme communicatif s’enracine dans n’importe quel terreau.

Dites-vous que ce fou, cet insensé sublime sera celui qui apportera les réponses à vos angoisses métaphysiques les plus profondes, donnera un sens à votre vie, vous offrira l’immortalité et la certitude de la connaissance humaine ultime. Rien de moins.2

Je ne vous demanderai jamais pour cela de croire. Je ne sollicite pas votre crédulité, je fais appel à votre intelligence. Je vous inviterai systématiquement à remettre en question tout ce que vous avez appris et tout ce que vous apprenez, mon enseignement y compris. Je mettrai en lumière des évidences jusqu’alors dissimulées, je vous fournirai des démonstrations, je vous donnerai des preuves pour qu’enfin, comme moi, vous sachiez.

Amen.

  1. Richard Dawkins, The God Delusion (2006). Black Swan, p. 73. ISBN 978-0552773317.[]
  2. Admirez la maîtrise du teasing.[]

Classé dans : Présentation de l'auteur | Mots-clés : , , ,
Laisser un commentaire

Dieu est un sujet de discussion

De par son positionnement même, ce site sera le lieu de discussions concernant – entre autres – la religion, sujet au combien sensible.

Extrêmement tolérant, respectueux des convictions et des croyances de chacun, je suis intransigeant au sujet de la liberté d’expression. Je suis friand de discussions, de débats passionnés, et je ne souffrirai pas de devoir me taire, sur quelque sujet que ce soit, au motif que cela pourrait blesser une quelconque catégorie d’individus particuliers.
Quelles que soient vos convictions, tant qu’elles ne sont pas contraire à la loi et aux valeurs humanistes – les commentaires révisionnistes, racistes, antisémites, sexistes, pornographiques, etc. sont prohibés – vous pouvez les exprimer ici et elles sont ici sujettes à discussion.

Sachez que sur ce blog, les voies des dieux ne seront pas considérées comme impénétrables. Elles seront au contraire analysées, discutées, débattues, critiquées et parfois violentées. Si cela doit heurter votre foi, je vous en conjure, passez votre chemin. Mon propos n’est en aucun cas de vous choquer : je considère simplement que dieu est un sujet de discussion comme les autres.
Si vous vous sentez des poussées de fièvres à la seule évocation de la possibilité de l’inexistence de tel ou tel dieu, si entendre remettre en cause les préceptes de telle ou telle religion vous provoque des éruptions cutanées, fuyez : mes seuls articles vous mettraient en syncope, et les débats qui risquent de s’ensuivre en commentaires achèveraient de vous plonger dans le coma. Quelles que soient vos convictions, elles sont certainement partagées par quantités d’auteurs d’autres sites ; certains de ces sites peuvent même ne pas tolérer d’opinions dissidentes que vous risqueriez de trouver choquantes. Préférez ces sites au mien. Ici, toutes les opinions sont libres de s’exprimer, et l’analyse critique prévaut.

Classé dans : Charte du blog | Mots-clés : , , , ,
Laisser un commentaire

Naissance d’une religion

Le 21ème siècle sera spirituel ou ne sera pas.1

Cette année, ma résolution du nouvel an sera simple : je fonde une religion. Excusez du peu.

Je vais vous exposer ci-après mes motivations, afin que vous puissiez juger par vous-même de leur pureté. C’est que je ne voudrais point être mis dans le même sac que tous ces pseudos gourous illuminés qui vous concoctent un mélange syncrétique de différentes doctrines philosophiques et mystiques lors d’une nuit d’ivresse. D’ailleurs, depuis le premier janvier, j’ai eu le temps de cuver.

Première motivation, donc, et non des moindres, l’appât du gain. Une secte, c’est une entreprise qui ne demande que peu de moyens, et rapporte beaucoup. Sachant qu’au sein d’une secte, le gourou n’est pas le plus mal loti, je devrai pouvoir amasser un bon pactole.
Cela demandera certes un peu de temps, les gains seront modestes au début, mais j’ai bon espoir. Rien de plus simple que d’étendre l’influence d’une secte. Quelques recruteurs pour attirer les premiers milliers de fidèles, et la machine s’entretiendra d’elle-même, les nouveaux adeptes convertissant les suivants. De secte à religion, le pas sera alors franchi.2

Ensuite, la gloire. En tant que prophète – ou quelque autre poste qui siéra à ma mégalomanie – je pourrai compter sur une certaine notoriété, de plus en plus grande au fur et à mesure que ma religion s’étendra. Et avec elle, mon influence sur le monde. En convertissant les bonnes personnes, de préférence dans les hautes sphères, j’accéderai au pouvoir. Un pouvoir discret et efficace, le seul que je conçois. Les véritables hommes de pouvoir ne sont pas ceux que l’on voit, ce sont ceux qui tirent les ficelles dans l’ombre.

La gloire, la fortune et le pouvoir, c’est un bon début, non ?

Je suis sûr qu’en creusant un minimum, je découvrirai mains autres avantages. Si vous avez des idées, n’hésitez pas à les soumettre en commentaires.

Mon intérêt étant bien compris, voyons le vôtre. Il est évident que si je ne vous apporte pas un minimum de contenu spirituel, je n’aurai guère d’adeptes.
Là encore, je serai ambitieux. Vous ai-je dit que la modestie ne faisait pas partie de mes défauts ? C’est fait. Reprenons. La philosophie inhérente à ma religion sera originale, inédite, structurée et complète. Elle répondra à vos questions existentielles, soulagera vos angoisses métaphysiques, redéfinira votre morale. Pour tout dire, elle révolutionnera la pensée moderne, redéfinissant la place de l’humain dans l’univers, et la place de notre univers dans le cosmos.
Il y aura un avant et un après Venezia.3 Au 1er janvier 2010 – date de la cuite précitée – correspond le début d’une nouvelle ère.

Je tâcherai de vous exposer les bases de cette nouvelle religion progressivement.

Dans un premier temps, j’étudierai la concurrence – je ne parle pas ici des petites sectes de quartiers et autres fumisteries scientologues, mais bien des grandes religions, monothéistes ou pas. J’identifierai ses qualités, ses défauts et ses manques. Je corrigerai ses imperfections, la compléterai, la sublimerai. Pour autant, je ne m’en inspirerai pas, ou si peu. Ces analyses n’auront d’autre but que de mettre en lumière les imperfections des doctrines pré-vénéziennes, et par-là même vous montrer la supériorité de votre future religion sur les autres. Je pressens au passage que je vais me faire des tas d’amis avec ce blog.

Ensuite, respectant une démarche scientifique, je vous amènerai à vous poser des questions pertinentes, auxquelles vous répondrez. Ainsi, vous avancerez vers la vérité non via un endoctrinement forcé, mais parce que votre propre réflexion vous y aura conduit.4

Enfin, parce que cette religion vise à l’universalité, en s’adressant non seulement aux élites, mais également aux masses, je donnerai les réponses pour mes ouailles qui n’auraient pas eu le temps de les trouver. Et bâtirai ainsi, billet après billet devant vos yeux ébahis, une religion. Amen.

La chronologie ainsi définie n’est pas figée. Vous continuerez par exemple à profiter de mes fines analyses sur l’histoire des religions pré-vénéziennes bien après que les premiers billets précisant le vénézianisme aient été publiés.

Par ailleurs, afin d’œuvrer pour la postérité, j’agrémenterai votre lecture de réflexions diverses sans liens directs avec la religion. Vous pourrez ainsi percevoir l’homme qui se cache derrière le messie, et tout en restant sur le piédestal où vous m’aurez placé, je vous paraîtrai plus proche.
Le rôle du prophète ne saurait d’ailleurs se cantonner à la seule sphère religieuse ; il est un guide qui doit vous montrer le chemin de la lumière en toutes occasions, et vous accompagner à chaque étape de votre vie. Ces billets généraux en seront l’occasion.

Vous remarquerez que je n’ai jusqu’à présent parlé que des aspects philosophiques. Notre nouvelle religion ne se limitera bien entendu pas à cela. Les autres aspects – cultuels, communautaires, symboliques, culturels, administratifs, fiscaux… – restent cependant à définir, et je compte fortement sur mes futurs apôtres pour m’assister dans cette tâche.5
Nous formerons une communauté, réunis par une même spiritualité, avec tout ce que cela implique. Organiserons-nous des conférences, des séminaires, des voyages organisés ? Comment en définirons-nous les tarifs le cas échéant ? Quelle sera l’architecture de nos lieux de culte ? Comment organiserons-nous le clergé ? Où baserons-nous la capitale de notre empire, le centre névralgique d’où rayonnera le vénézianisme ?
Les symboles, la mythologie de notre religion sont à définir. Ne sentez-vous pas le frisson de l’aventure devant l’ampleur de la tâche qui nous attend ? N’avez-vous pas, comme moi, le sentiment de pouvoir enfin écrire l’histoire ?6

A la fin de l’année civile 2010, je ne serai sans doute pas encore riche, célèbre et puissant, soyons réalistes. Je vous aurai cependant magistralement démontré la conformité du dogme vénézien avec l’annonce que j’en fais aujourd’hui. Dans le cas contraire, je mange mon chapeau. Ou ma tiare. Quel genre de couvre-chef sied à un gourou chef religieux ?

Une pensée aussi fouillée que la pensée vénézienne ne saurait pourtant être résumée en un an. Les années suivantes seront consacrées à l’approfondissement des concepts survolés en première année.

J’espère évidemment que vous vous serez entre-temps converti à la seule vraie foi.7

Et quoi qu’il en soit, je me serai bien marré. Bonne année à tous !

  1. Cette petite phrase qui a fait le tour du monde a été attribuée à André Malraux, mais celui-ci la récusa.[]
  2. N’oublions pas que toutes les religions ont été à leurs débuts des sectes. Si, si, absolument toutes.[]
  3. Amine Venezia, votre serviteur.[]
  4. Si ce n’est pas de la manipulation ça ![]
  5. Le recrutement des apôtres sera effectué en fonction de la pertinence des commentaires laissés.[]
  6. Je n’ai jamais été très doué avec les majuscules, n’hésitez pas à en mettre à « aventure », à « histoire », et où bon vous semblera.[]
  7. Eh oui, une de plus ! Mais celle-ci sera réellement la seule vrai foi, tandis que les autres ne font que le proclamer. Je suis sûr qu’un esprit aussi affûté que le votre perçoit d’emblée la différence.[]

Classé dans : Journal de bord | Mots-clés : , , , ,
7 commentaires